Fujifilm X-T10


Nous jugeons trop rapidement. Lorsque j’ai entendu parler du Fujifilm X-T10, j’ai souri et me suis dit qu’il s’agissait d’un X-T1 au rabais. Je n’étais pas du tout convaincu par l’idée. Puis, les avis ont commencé à apparaître un peu partout et la plupart étaient positifs.
En ce moment, j’ai l’occasion de pouvoir tester ce fameux X-T10.

Ma première idée était-elle la bonne ?

"Touti rikiki, maousse costo"


Cette publicité des années 1990 résume bien ce Fujifilm X-T10.
De loin, les différences entre le X-T1 et le X-T10 sont à peine visibles, mais il y en a.
Soyons honnêtes, ceux qui s’intéressent au X-T10 veulent connaître les différences entre lui et son grand frère. J’y reviendrai plus bas.

Lors du premier déballage, le Fuji X-T10 paraît très petit dans la boîte. Dès lors, une petite crainte s’installe, mais elle s’estompe rapidement, car il tient bien en main. En particulier au niveau du pouce, et nul besoin d’un repose pouce. Le X-T10 perd 1 cm en longueur et en largeur par rapport au X-T1. Négligeable, mais cela le rend un poil plus discret encore.

Sur la balance, il perd aussi quelques grammes — ±60 — par rapport à son grand frère, 331g contre 390g — sans batterie ni carte. Je vous vois sourire…
En effet, 60 grammes, cela peut paraître peu sur un appareil du style Nikon D4/s de presque 1,2 kg, mais sur un appareil de 331 g ; 60 grammes, cela représente 20 % du poids total.

Quoi qu’il en soit, le Fuji X-T10 tient bien dans la main. Il ne m’a pas semblé microscopique. Je n’ai pas non plus senti que l’appareil glissait, comme c’était le cas sur le X100T. J’en entends crier au scandale. C’est un ressenti purement personnel.

Design


Même si cela a un côté purement subjectif, c’est important de parler du design. Le X-T10 est et reste dans la lignée du X-T1. Même forme, mêmes molettes sur la partie supérieure, même EVF — sauf la taille —, même écran orientable. Selon moi, le design est simple et efficace. Je le répète, c’est purement subjectif.

Contrairement au X-T1, le X-T10 est directement disponible en noir et argenté, sans supplément de prix. Néanmoins, je trouve le X-T10 noir plus réussi, esthétiquement parlant. Le modèle argenté ressemblant à du vulgaire plastique ; bien que ce ne soit pas le cas, c’est l’impression qu’il donne.

EVF


La plus grande crainte, d’après ce que j’ai pu lire ou entendre depuis l’annonce du X-T10, c’est son viseur électronique (EVF). Je vous rassure de suite, celui du X-T10 est identique à celui du X-T1, sauf en taille → X-T1 : 0,5 pouce (≃1,27 cm) contre 0,39 pouce (≃0,99 cm) pour le X-T10.

Ce qui m’inquiétait le plus n’était pas la taille, mais le confort. Étant porteur de lunettes, c’est primordial que l’EVF entoure parfaitement le verre des lunettes. C’est le cas ici, me voilà rassuré. L’EVF du X-T10 est d’ailleurs plus confortable que celui du X-E2.

AF


Le changement majeur par rapport au X-T1.
Jusqu’au 29 juin 2015, le X-T10 est le seul appareil de la gamme X à disposer du nouvel autofocus de la marque.

Néanmoins, ce nouvel AF rend le X-T10 nettement plus performant que le X-T1 avec la version 3.11. C’est une fusée ! Difficile de le prendre en défaut, le X-T10 fait le point quasi instantanément. Une belle amélioration.

Ce que j’aime


- Ses dimensions et son poids : cela rend le Fuji X-T10 encore plus discret — surtout sa version entièrement noire ;
- Son autofocus : on n’est bien sûr pas au niveau d’un Nikon D4/s — d’ailleurs, ce n’est pas le but —, mais on s’en rapproche grandement. C’est impressionnant de précision et de rapidité ;
- Son EVF : d’excellente qualité, comme celui du X-T1. Il convient aux porteurs de lunettes ;
- Sa prise en main : malgré la crainte de sa petite taille, il tient bien en main ;
- Ses flèches directionnelles : elles ressortent beaucoup plus que celles du X-T1 et sont aussi moins molles. Une belle amélioration. Fujifilm est à l’écoute ;
- Ses menus : identiques à ceux du X100T. La nouvelle interface est plus fine et offre une meilleure lisibilité ;
- Son écran orientable : de bonne qualité et pratique. Un peu moins défini que celui du X-T1 — 920 000 points contre 1 040 000 points. Honnêtement, c’est difficile de voir la différence à l’œil nu ;
- Sa qualité de fabrication : elle me semble meilleure que celle du X-T1. Les trappes semblent mieux fermer ;
- Les 7 boutons de raccourcis : comme sur le X100T. Petit plus sympathique, le bouton vidéo peut être utilisé pour un autre usage ;
- Les deux molettes avant/arrière : pratiques et efficaces ;
- Son bouton-poussoir offre la possibilité de déclencher à l’aide d’un câble puisqu’il est équipé d’un pas de vis ;
- Son prix : 699 € — boîtier seul, c’est un bel effort pour un appareil qui offre autant de qualités ;
- Sa qualité d’image : égale à celle du X-T1 ;
- Sa batterie et son chargeur : identiques à ceux du X-T1 → NP-W126/S.

Ce que je n’aime pas


- L’emplacement de la carte SD : situé sous l’appareil, à côté de la batterie. Moins pratique que sur le X-T1 — située sur le côté droit ;
- La griffe flash : elle est fournie sans cache de protection ;
- Le flash intégré : pratique, mais pas assez puissant pour aider réellement ;
- Le bouton vidéo : un peu dur et mal placé si on l’utilise en bouton de raccourci ;
- Sa taille avec les objectifs plus « costauds » : le X-T10 est un peu ri(kiki)dicule lorsque le 56mm F1.2 est monté dessus ;
- Sa version argentée : il ressemble à un gros morceau de plastique — purement subjectif.

X-T10 ou X-T1 ?


Si vous cherchez un appareil en dessous de 1 000 €, petit, léger, avec une bonne prise en main et qui dispose d’un mode automatique, optez pour le X-T10.

Si vous avez besoin d’un appareil qui offre un confort un peu meilleur, un EVF confortable — avec ou sans lunettes —, qui est tropicalisé et qui dispose d’une mémoire tampon (47 photos contre 8 sur le X-T10) plus gros, optez alors pour le X-T1. Bien entendu, les deux appareils sont très semblables et différents à la fois. Difficile de les séparer, tant ils sont complémentaires.

Néanmoins, le X-T10 me semble viser un public différent que le X-T1. Son prix le situe dans l’entrée de gamme et le fait qu’il ne soit pas tropicalisé risque de refroidir les pros.

Ce n’est pas un point que je trouve très important, car je vais très peu dans la jungle ou dans des environnements très humides. Mon X100T n’est pas tropicalisé lui non plus et il n’a jamais connu de souci, malgré quelques fortes pluies.

Quoi qu’il en soit, le point de séparation majeur entre les deux appareils sera leur prix. 699 € — X-T10 — contre 1 199 € — X-T1 noir.

X-T10 ou X100T ?


On m’a posé cette question. Il est plus difficile d’y répondre, car les deux appareils sont diamétralement différents. Ils ne visent pas le même public ni les mêmes usages. D’un point de vue purement personnel, je trouve le X-T10 nettement plus polyvalent puisque les objectifs sont interchangeables. Il dispose aussi du tout nouvel autofocus et d’un poids plume.

De son côté, le X100T a un capital sympathie immense et un charme fou. Il n’y a pas que ça, bien sûr.

Ici aussi, difficile de trancher avec certitude. Le X100T est plus cher, mais c’est un tout-en-un, d’excellente qualité — image et fabrication. Le X-T10, quant à lui dispose des dernières évolutions, dont l'autofocus de combat.

Le mot de la fin


Ma première idée n’était pas la bonne. J’ai jugé le Fuji X-T10 trop rapidement. Il ne s’agit pas d’un sous X-T1, juste d’une déclinaison moins onéreuse. Il offre néanmoins le meilleur de la gamme Fujifilm X pour un budget de 699 € — 799 € avec l’objectif 16-50mm F3.5-5.6 OIS II.

Il est aussi le premier à disposer du fameux nouvel AF développé par Fuji. Cela fait de lui le Fujifilm X le plus rapide à l’heure actuelle.

Pour ma part, il s’agit d’une belle surprise et d’un joli coup de cœur. Le X-T10 concentre le meilleur du X-T1 dans un boîtier plus compact.

Ma note sur 5


- Performances : 5
- Qualité d’image : 5
- Fabrication : 3,5
- Facilité d’utilisation : 4
- Autofocus : 4
- Côté coeur : 3
- Prix : 4

Images