Après avoir goûté à l’exquis Fujinon XF 23 mm F1.4 (≃35 mm), voici venu le Fujinon 14 mm F2.8 (≃21mm). Au départ, je ne voyais pas l’intérêt d’avoir deux grands-angles, puis mon ami Cédric s’en est mêlé…
Les deux objectifs sont très différents. Le 23 mm est très polyvalent, mais n’est pas un vrai grand-angle, et il pourrait s’avérer un peu juste dans certaines situations. Le 14 mm, lui, en est un.

Image © Alik Griffin

En ouvrant la boîte, je m’attendais à du gros et lourd caillou. Seulement 234 g sur la balance contre 300 g pour le 23 mm. La grande ouverture du 23 mm joue aussi sur sa taille et son poids.

Me voilà avec deux grands-angles même si l’un des deux n’en est pas un. Le 23 mm est un bonheur à utiliser. Rapide et précis et surtout très polyvalent. Mais, le 23mm peut s’avérer un peu trop étroit.

Je me suis retrouvé récemment dans un événement où il y avait très peu de recul et le 23mm ne m’a pas permis de saisir la scène comme je le voulais. Le 14mm dans ce cas-ci aurait été parfait. J’ai dû faire avec.

Je commence à me renseigner auprès d’amis, connaissances et autres sites web au sujet du Fujinon 14mm F2.8 ; le seul grand-angle fixe dans la gamme Fuji.

Récemment, Fuji a sorti l’objectif Fujinon 10-24 mm F4 qui est encore plus grand-angle.

Deux problèmes pour moi quant à cet objectif :

  • L’ouverture constante à F4 qui est problématique étant donné que je travaille dans des environnements sombres et que je ne veux pas travailler à 12 800 ISO ;
  • Le 10-24mm est un zoom et ceux qui suivent ce blog régulièrement savent que je ne suis pas fan des zooms — c’est un autre débat. Quoi qu’il en soit, je l’ai testé quelques minutes il y a quelques jours et il m’a fait forte impression, mais ça reste un zoom F4, aussi bon soit-il. Après passage en revue du reste de la gamme, il me restait le 14mm F2.8.

Mon choix est fait. J’ai besoin d’un grand-angle suffisamment lumineux. Ce sera le 14 mm F2.8. J’avoue que l’ouverture à F2.8 m’a un peu fait sourciller… Oui, j’aime les très grandes ouvertures — vivement le futur 56 mm F1.2.
Reste à espérer qu’il ne soit pas aussi difficile à trouver que le 35 mm F1.4. Quelques appels et l’affaire est dans le sac.

Tout comme dans l’article sur le X-T1, je vais faire une liste point par point de ce que j’aime et de ce que j’aime moins. Ne vous attendez pas à une prise en main chiffrée.

J’aime

  • Son poids : ce Fujinon 14 mm F2.8 pèse moins de 250 g. C’est agréable de ne pas devoir se surcharger. Poids et performances regroupés dans ces quelques centimètres de métal ;
  • Sa taille : petit et compact — 6,5 x 5,8 cm —, le 14 mm 2.8 sait se faire discret. Pas d’exubérante lentille frontale ;
  • Sa polyvalence : c’est l’un des avantages des objectifs grand-angles, ils peuvent être utilisés pour tout en reportage. Aussi bien du paysage que du portrait, même s’ils sont moins indiqués dans ce dernier cas (attention aux déformations). Néanmoins, pour des portraits rigolos, ça peut être sympa ;
  • Sa qualité d’image : dès la pleine ouverture — F2.8 —, les images ne souffrent d’aucun défaut. Le rendu est très bon. La déformation sur les bords est présente, mais discrète pour un 14 mm (≃21 mm). Le piqué est présent à tous les niveaux ;
  • Son autofocus : véloce et précis. Quelles que soient les conditions lumineuses ou le manque de contraste, le 14mm fait le point rapidement ;
  • Son prix : le 14mm n’est pas un objectif bon marché. Il coûte quand même 850 €. Mais, pour autant de qualités et un tel niveau de performances, ce n’est pas cher payé.

Je n’aime pas

  • Son prix : malgré ce que j’ai dit plus haut, je trouve le 14 mm un peu cher. Le 23 mm qui a une ouverture de F1.4 ne coûte pas beaucoup plus cher. Pour un objectif F2.8, le 14mm reste à un tarif trop élevé.

Petit, léger, rapide et superbe qualité d’image, le Fujinon XF 14 mm F2.8 fera votre bonheur. Grand-angle polyvalent, il sait se faufiler un peu partout et sort des images d’excellente qualité. Un must have qui a un prix.

Ma note sur 5

  • Prix : 2.5
  • Rendu/image : 4
  • Fabrication : 5
  • Autofocus : 4
  • Côté cœur : 2.5


ARTICLE SUIVANT


© 2013-2021 Frédéric Frognier