Première constatation lors du déballage : la bête est massive et magnifique.
Ce Fujinon XF 23 mm F1.4 est l’équivalent d’un 35 mm sur un capteur plein format (24×36 mm). Autant dire qu’il risque d’être polyvalent.
Depuis quelques mois, le Nikkor 35 mm F1.4 G est devenu l’objectif que j’utilise pour 70 % de mes photos avec le D4.

Compact, passe-partout et d’une excellente qualité optique. Voyons ce que ce 23 mm F1.4 a dans le ventre…

Pas de doute, c’est un engin haut de gamme. Le 23 mm est massif (300 g) — par rapport à sa taille et paraît costaud. À près de 900 €, on s’attend à de la haute qualité et cela semble être le cas. Le X-E2 n’a pas l’air ridicule une fois le 23mm monté.

La bague de mise au point est assez ferme ainsi que celle qui contrôle l’ouverture. Le tout est en métal et n’a pas à avoir honte à côté des 35 mm Canikon. La construction est parfaite.

La focale 35mm est très polyvalente. Elle peut être utilisée pour les portraits, reportages, paysages et tout ce qui peut passer par la tête du photographe. Je ne l’utiliserai pas pour de purs portraits en studio, car elle déforme, même si cela reste contenu.

Je choisirais un 85mm pour ce genre d’exercice. Néanmoins, pour des portraits pris à la volée en reportage, le 35mm peut parfaitement convenir. Ce que j’aime avec cette focale est qu’elle n’est pas trop grand-angle.

Évidemment, l’angle de vue est moins large qu’avec un 24 mm, mais les défauts sont moindres : déformations, objets parasites, etc. C’est le bon compromis.

Après avoir lu quelques tests par-ci par-là sur le Web, je n’avais pas de craintes au sujet des performances du 23mm F1.4 ; toutefois, le niveau d’exigence des uns est très différent de celui d’autres.

Je ne suis pas fan des très grand-angles. C’est pourquoi ce 23 mm (≃35 mm) m’attirait tout particulièrement dans la gamme Fuji, contrairement aux objectifs 14 mm F2.8, 18 mm F2.0 ou 10-24 mm F4.0.

Côté performances : après trois jours en compagnie du 23 mm, je peux affirmer dire que je suis sous le charme. Autofocus précis et rapide, bagues de diaphragme et de mise au point manuelle douces, mais pas trop, lourd pour sa taille, mais très bonne tenue sur l’appareil (aucun déséquilibre constaté) et superbe rendu sur les images.

Remarquable ! Bien entendu, la qualité est aussi et en grande partie due au capteur de l’appareil ; mais, sans une bonne optique, un appareil ne pèse pas lourd. Dans le cas du 23 mm F1.4, la qualité est au rendez-vous. Piqué dès la pleine ouverture, rendu des couleurs, dégradés, mise au point. Tout fonctionne à merveille et les résultats sont grandioses.

Problème récurrent sur de nombreux objectifs — toutes marques et prix confondus : les aberrations chromatiques.

Étonnamment, je n’en ai pas constaté sur les deux objectifs Fuji en ma possession : 35 mm F1.4 + 23 mm F1.4. Même à F1.4, les aberrations sont parfaitement contenues.

J’aime

  • Qualité d’image
  • Qualité de fabrication
  • Performances
  • Rendu des couleurs
  • Discrétion
  • Rapidité

Je n’aime pas

  • Prix : il faut bien trouver un défaut.

Avec les années, j’ai eu l’occasion d’essayer un bon nombre d’objectifs. Certains étaient impressionnants, d’autres moins. Quelque uns étaient exceptionnels ; comme, par exemple : les Nikkor 85mm F1.4 G, et 35mm F1.4 G ainsi que le Canon 135mm F2. Ce 23mm F1.4 fait partie de cette catégorie ; netteté, qualité d’image générale, dégradés, polyvalence, rendu des couleurs, performances.

Tout est concentré dans ces quelques centimètres de métal et de verre. Je ne saurais que trop conseiller aux utilisateurs de Fujifilm X de s’y intéresser, car il vaut le détour. Bien sûr, il a un prix, mais c’est parfaitement justifié au regard de ses performances.

Ma note sur 5

  • Prix : 3,5
  • Rendu/image : 5
  • Fabrication : 5
  • Autofocus : 5
  • Côté cœur : 5


ARTICLE SUIVANT


© 2013-2021 Frédéric Frognier