Fujinon 35mm F1.4 2020

Récemment, je me suis amusé à classer mes images sur mon ordinateur en fonction des objectifs et appareils et me suis aperçu, que depuis 2008, le caillou que j’avais le plus utilisé, et de loin, est le Fujinon 35 mm F1.4. Sur 40 000 photos (sélection finale), en ne comptant que les mariages et les portraits, 18 000 ont été faites avec le seul Fujinon 35mm F1.4.
Il doit y avoir une raison à ce succès.

L'originel

Cet objectif est l’un des trois premiers que Fujifilm a mis sur le marché, en 2011-2012, pour la série X. À l’époque, je l’avais testé avec le X-Pro1 puis le X-E2. C’est d’ailleurs le premier que j’ai acheté avec le X-E2 lorsque j’ai migré fin 2013.

Sur les capteurs APS-C des Fuji, cet objectif 35mm devient l’équivalent d’un 50mm (≃53mm) ; parfait pour la plupart des usages.

Objectif standard et discret, j’ai l’impression que tous les utilisateurs d’appareils Fujifilm X le possèdent. Depuis quelques mois, Fuji lui a donné un cousin très proche, un 35mm F2, plus petit, plus silencieux, plus rapide et surtout moins cher. Et pourtant, rien n’y fait, je lui préfère le vieux 35mm F1.4.

Mais pourquoi ?

Quelque chose en plus

La réponse est simple, parce qu’il a du caractère et une vraie personnalité. C’est l’un des rares objectifs que j’ai utilisés à avoir cette qualité, tout comme le Nikkor 58 mm F1.4G. Ces deux objectifs, très différents, loin d’être parfaits, mais ils ont ce "je-ne-sais-quoi" en plus que tous les autres qui transforme leurs inconvénients en avantages.

Malgré sa petite taille, sa modestie et son poids (187 g), ce 35mm F1.4 ne ressemble pas à un jouet. D’ailleurs, par rapport aux appareils Fujifilm X, il semble presque gros. Comparez-le à un 35mm Canikon, vous comprendrez pourquoi je parle de discrétion. L’objectif est solide, tout est en métal, sauf les lentilles... La finition est sans défaut. La bague de mise au point est douce. Bref, top qualité.

Autofocus

L’autofocus est rapide et précis, quoiqu’un peu moins véloce que les modèles d’objectifs Fujifilm plus récents. Quoi qu’il en soit, c’est suffisant pour tout type d’utilisation, mais ce fameux petit "va-et-vient" un brin énervant persiste ; souci qui semble avoir disparu sur les appareils 2019-2020.

Utilisation

Comme je l’ai dit plus haut, suite à la conversion APS-C (24 x 16 mm)/plein format (36 x 24 mm), ce 35mm équivaut à un 53mm. Cela devient un objectif standard. Le Fujinon 35mm F1.4 pourra être aussi bien pour le portrait que pour la photo urbaine ainsi que les paysages. Il n’y a presque aucune limite dans l’utilisation de cet objectif, seulement le recul pour les images de grands groupes de personnes et votre imagination.

Qualité d'image

Dans le cas du 35mm F1.4, on approche le sans-faute. Que ce soit au point de vue du piqué, du rendu des couleurs, des aberrations chromatiques et du bokeh, c’est presque parfait. Le plus étonnant est que ce 35mm lâche toute sa puissance dès la pleine ouverture (F1.4). C’est admirable pour un objectif qui coûte un peu plus de 500 euros. Il suffit de regarder le prix des 35 mm pour les appareils reflex dans les autres marques.

Les aberrations chromatiques sont très bien contenues et le rendu des couleurs est 100 % fidèle à la réalité. Le piqué est bon dès F1.4 et excellent à F2.0.

J’aime

  • Qualité d’image : de tous les objectifs que j’ai pu tester en 5 ans, c’est celui qui, selon moi, a le plus de caractère. Une vraie richesse dans son rendu ;
  • Rapport qualité/prix ;
  • Poids ;
  • Discrétion ;

Je n’aime pas

  • Bouchon de pare-soleil en caoutchouc qui ne tient pas ;
  • Autofocus un peu poussif et bruyant.

Le mot de la fin

Petit, léger, compact, discret, rapide. Je manque de superlatifs pour décrire ce Fujinon XF 35mm F1.4 tant il m’a impressionné. Objectif à tout faire (focale 35mm ≃ 53mm) au fort caractère. Les images sont superbes, les détails sont présents, les couleurs sont au rendez-vous. Un presque sans-faute.

Ma note sur 5

  • Prix : 4
  • Rendu/image : 5
  • Fabrication : 5
  • Autofocus : 4
  • Côté cœur : 5


ARTICLE SUIVANT



© 2013-2021 Frédéric Frognier • confidentialité