Fujinon 60mm F2.4 2020

Je reconnais avoir eu la chance de pouvoir essayer/posséder une belle quantité d’objectifs Fujinon, au fil du temps ; longuement pour les uns, brièvement pour d'autres. Quelques-uns ont été de véritables coups de cœur, beaucoup ont été d’excellentes surprises et peu ont été des déceptions.

L'oublié

Et au milieu de tout ça, j’avais oublié voire ignoré le 60mm F2.4 macro.
Il est pourtant l’un des premiers objectifs Fujinon pour la série X, avec les 35mm F1.4 et 18mm F2, tous sortis en 2012 afin d’accompagner le X-Pro1.

J’ignore pourquoi il était passé à la trappe. J’avais pourtant entendu et lu beaucoup de bien à son sujet. J’imagine que la bonne occasion de l’essayer ne s’était jamais présentée et je trouvais le 60mm trop proche du 56mm. Mais ça, c’était avant de l’essayer il y a quelques semaines.

Le coup de foudre

Lors d’une séance photo pour les robes de mariée vendues par Melody Nelson, j’ai pu m’amuser avec ce 60mm durant la journée, grâce à mon ami Cédric.
Très honnêtement, après quelques minutes et photos, j’avais le béguin…
Pourquoi ? Me demanderez-vous ?

Image © Fujifilm

Selon moi, le 60mm est l’un des deux seuls objectifs Fujinon à avoir un vrai caractère. Je ne parle pas des qualités optiques, juste du rendu purement organique des images qu’il produit. C’est simple, seul le 35mm F1.4 me donnait cette impression jusqu’à présent.

Cette sensation est difficilement explicable et encore moins quantifiable. Comme je l’ai expliqué dans d’autres articles, je ne cherche pas l’image parfaite, bien au contraire. J’aime que mes photos aient cet aspect organique. J’ajoute toujours du grain.

Qualité d'image

Dans le cas qui nous occupe, c’est carton plein à tous les étages. Le rendu des images est indéfinissable. Les couleurs magnifiques : merci, en passant, au capteur X-Trans IV. La netteté est excellente dès la pleine ouverture. Normal, me direz-vous, il s’agit d’un objectif dédié à la macrophotographie, au rapport 1:2. Si vous souhaitez avoir un rapport 1:1 (un objet de 1 cm dans la réalité occupe 1 cm sur votre capteur), il vous faudra payer le double du prix du 60 mm (± 630 €) pour posséder le 80mm F2.8 (± 1 300 €) qui est tout à fait excellent lui aussi, mais trois fois plus gros, grand et lourd.

Le 60mm F2.4 a hérité de la patine d’antan, de la magie des Fujinon XF d’origine. Il paraît que le nouveau 50mm F1.0 fait partie du club ; suspense…

A l'ancienne...

...sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit en voyant le 60mm. L’objectif est assez menu, léger et donne vite une bonne impression. Son pare-soleil est tout en métal, ce qui devient rare à notre époque. Le pare-soleil est plus grand que l’objectif lui-même…

L’ensemble est à l’image du reste de la gamme Fujinon FX et GFX, de grande qualité. Les molettes d’ouverture et de mise au point ne sont ni trop molles ni trop dures.

Seul point noir, pour ma part, l’objectif s’étend lorsqu’il est allumé et fait un léger bruit lors de la mise au point. Cela semble être le cas sur les trois vieux objectifs de 2012, le 35mm F1.4 en tête, même si l’excellent autofocus des boîtiers récents aide beaucoup.

Autofocus

Hormis le léger bruit lors de la mise au point, l’autofocus est malheureusement le gros point négatif du 60mm F2.4 macro. J’avais entendu des rumeurs à ce sujet, sur la lenteur de l’AF, elles sont parfaitement fondées. Bien que ce ne soit pas aussi désastreux…

Ne comptez pas sur lui pour une course de F1 ou une exhibition d’athlétisme. Il se retrouvera vite perdu et vous aurez des photos floues. Il n’a pas été conçu pour ça, inutile d’insister.

C’est un objectif macro qui aime prendre son temps, qui hésite un peu, même beaucoup, mais qui, une fois sa cible atteinte, vous donnera entière satisfaction.

Macro

J’aime regarder des macrophotographies, mais cela n’est pas ma passion première et la patience n’est pas l’une de mes vertus. Bien que je ne l’ai pas acquis pour cette utilisation précise. Je ne regrette pas mon choix, car il s’en sort très bien pour les portraits. Son rendu est détaillé et sublime.

Utilisation

J’en entends crier au scandale lorsque je parle de portraits sans choisir le 56mm F1.2.
Mettons fin à toute mauvaise interprétation : le 56mm est une merveilleuse optique dans beaucoup de domaines. Son rendu est superbe, tout comme son bokeh, mais dans ce cas précis, je lui préfère le 60mm et d’ores et déjà le 50mm F1.0 qui promet monts et merveilles — l’avenir me le dira.

L’avantage du 60mm est qu’il me permet de me rapprocher bien plus qu’avec le 56mm, ce qui est important pour moi. La distance de mise au point du 56mm est de 70 cm ; compliqué pour les gros plans que j’affectionne tant.

Le 60mm étant un objectif macro, à l’ouverture maximale de F2.4, garde une faible profondeur de champ sans se limiter à un cil comme c’est le cas sur le 56mm F1.2. Bien entendu, le 56 dispose de plus de deux stops de lumière ; ce qui reste avantageux dans des conditions de faible luminosité.

Il ne s’agit pas d’engager un combat entre ces deux objectifs. Chacun ayant ses forces et ses faiblesses.

J’aime

  • Son rendu : il a cette magie des premières heures. Superbe et bourré de caractère ;
  • Sa qualité de fabrication : rien à redire, de haut vol ;
  • Son prix : intéressant pour un objectif macro au rapport 1:2. Le 80mm F2.8 macro 1:1 coûte plus du double du prix ;
  • Sa gabarit et son poids : une sorte de poids léger dans le monde des objectifs macro ;
  • Son joli bokeh au rendu si spécial ;
  • Son pare-soleil métallique.

Je n’aime pas

  • Son autofocus : non loin de l’escargot neurasthénique. Utilisable dans de calmes conditions avec des boîtiers récents à l’AF affûté ;
  • Son énorme pare-soleil ;
  • Léger bruit lors de la mise au point.

Le mot de la fin

Dans le monde des méconnus oubliés, j’appelle le Fujinon 60mm F2.4 macro. Vieux, presque 9 ans — une éternité, méconnu et mal aimé, il est pourtant, selon moi, l’un des meilleurs objectifs de la gamme XF chez Fujifilm en matière de rendu d’image. C’est un concentré de qualités dans un petit gabarit. Son autofocus n’est pas/plus à la hauteur de nos jours, mais c’est une concession à faire pour l’adopter à 100 %. Un énorme coup de cœur.

Ma note sur 5

  • Prix : 4
  • Rendu/image : 5
  • Fabrication : 4
  • Autofocus : 2
  • Côté cœur : 5


ARTICLE SUIVANT



© 2013-2021 Frédéric Frognier • confidentialité