Sans trop de doutes, il y aura un avant et un après ce 90 mm F2 chez Fujifilm.
En 2014, la marque avait frappé fort avec le 56 mm F1.2. Petit téléobjectif proche des 1 000 €, tout en offrant une qualité d’image bluffante dès la pleine ouverture. Avec ce 90 mm, Fujifilm repousse les limites encore un peu plus loin.

J’ai eu l’occasion de tester le 90 mm F2, il y a quelques semaines, lors d’un mariage. En voyant les images de l’engin sur le Web, on l’imagine grand et gros. Vous prenez un 56 mm auquel vous ajoutez ± 3 centimètres en hauteur et ± 1 centimètre de diamètre et vous obtenez le 90 mm. Pas de quoi prendre un abonnement annuel à la salle de sport. L'objectif impressionne, sans faire peur.

Il tombe bien en main lorsqu’il est monté sur le X-T1 et ne déséquilibre pas l’appareil, car c’est une crainte que l’on pourrait avoir. C’est une autre histoire sur le X-T10 qui est un peu moins haut, large et lourd que son grand frère. La différence n’est pas énorme, mais on sent que l’appareil a plus tendance à basculer vers l’avant.
Pour le reste, la mise au point manuelle est douce, délicate et précise : merci au focus peaking — aide à la mise au point manuelle.

Agréable surprise, la distance minimale de mise au point est assez courte ; équivalente à celle du 56 mm F1.2, ce qui permet de se rapprocher fort du sujet.

La qualité de fabrication est irréprochable, comme à l’accoutumée. Le 90 mm F2 est un objectif WR (tout temps), comme le récent 16 mm F1.4.

Je vais sûrement me répéter, mais une fois encore, la qualité d’image est superlative, cela devient une mauvaise habitude… Le piqué est excellent au centre, dès F2. Fujifilm vient-elle de créer un nouveau roi du bokeh ? C’est doux, c’est beau, c’est crémeux, c’est parfait et on en redemande.

Le tube du 90mm étant plus long que celui du 56 mm F1.2, ils peuvent rivaliser, sans avoir la même ouverture : F1.2 vs F2.0. Néanmoins, le 56mm garde un avantage lorsque les conditions lumineuses deviennent difficiles.

Dans ce 90mm, Fujifilm a ajouté un moteur linéaire comportant quatre aimants qui permettent à l’autofocus d’être encore plus réactif. Avec ce nouveau système, j’ai trouvé le 90mm plus bruyant que les autres.

J’ai constaté, durant mon essai, que l'autofocus (AF) du 90 mm était à l’image de celui du 50-140 mm F2.8 : doux, rapide et précis. Différent des anciens objectifs de la gamme qui me semblent plus secs.

Quoi qu’il en soit, ce nouveau système AF, couplé au micrologiciel version 4.00 du X-T1 ou à l’AF du X-T10 fait des étincelles. Ce dernier est très réactif dans de bonnes conditions lumineuses, mais m’a semblé un peu plus patiner que celui du 56 mm lorsque la lumière vient à manquer.

Tout le monde sera d’accord pour dire que le 90mm F2 est un objectif destiné aux photographes férus de portraits. L’objectif isolera parfaitement le sujet du fond, tout en conservant une netteté extrême.

C’est d’ailleurs un des arguments de vente de Fujifilm… Il pourra bien sûr être utilisé en studio, ainsi qu’en reportage pour les photographes plus timides qui trouvent le 56 mm un peu court. Bien sûr, ce 90mm est moins polyvalent qu’un 50-140 mm, mais il est moins long et moins lourd. Existe-t-il un objectif idéal ?

J’aime

  • Son prix : 899 € reste une somme raisonnable pour autant de qualités ;
  • Sa qualité d’image : superlative ;
  • Son AF : doux, rapide et précis ;
  • Son bokeh : on est proche de la perfection ;
  • Son WR : utilisable par tous les temps, car protégé des agressions extérieures ;
  • Son ouverture à F2 : qui le place dans une tranche de prix correcte et permet de conserver un magnifique flou d’arrière plan ;
  • Sa taille, son poids : nettement moins, long et lourd que le 50-140 mm.

Je n’aime pas

  • Son manque de polyvalence : trop court ou trop long, en fonction des besoins ;
  • Son nouveau système AF : cela le rend plus bruyant que les autres objectifs de la gamme.

Je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce 90 mm F2 et il y a plusieurs raisons à cela.

Ce que j’ai pour le moment me suffit amplement et comble mes besoins :
X-T1 x2 + X-T10 + 16 mm F1.4 + 35 mm F1.4 + 56 mm F1.2.

Malgré ses très nombreuses qualités, ce 90mm ne m’a pas convaincu. Je le trouve trop similaire au 56mm F1.2 avec un désavantage : son ouverture plus petite — F2.0 au lieu de F1.2. Cela peut sembler anodin, mais les photographes de mariage — et les autres — me comprendront. Ce stop de différence permet d’éviter des montées en sensibilité. J’avoue être un énorme fan du 56mm. Le 90mm n’est pas parvenu à lui ravir sa place dans mon cœur ; qui verse une larme ?

Enfin, comme je l’ai dit plus haut, le 90 mm m’a paru à la fois trop court et trop long. Je me suis rapidement senti coincé. Je trouve le 56mm nettement plus polyvalent. Ce sont mes raisons et cela reste un ressenti purement personnel.

Une fois de plus, Fujifilm nous offre un objectif bourré de qualités : image, construction, AF, etc. Ce 90 mm F2.0 est un peu à part dans la gamme, car trop spécialisé et orienté portrait. Ses qualités m’ont convaincu et déçu à la fois. Il ne convient pas à mon utilisation actuelle. J’aurais une impression de double emploi avec le 56 mm F1.2.

À nouveau une grande réussite, sans coup de cœur.

Ma note sur 5

  • Prix : 3
  • Rendu/image : 5
  • Fabrication : 5
  • Autofocus : 4,5
  • Côté coeur : 3


ARTICLE SUIVANT


© 2013-2021 Frédéric Frognier